Témoignages

    Mécalac

    Mécalac

    Mme CONTAT, Directrice des Ressources Humaines, et M. LE BOURHIS, Responsable Qualité Sécurité Environnement, présentent lors de l'Assemblée Générale d'Annecy Santé au Travail,  l’intervention des actions pluridisciplinaires d’ANNECY SANTE AU TRAVAIL chez MECALAC et détaillent la démarche de prévention du risque - (mai 2013)

    Le Groupe MECALAC S.A. propose une large gamme de matériels de construction compacts et innovants pour les chantiers urbains, les travaux ferroviaires et de services. Sur son site d’Annecy le Vieux MECALAC est équipée d’une cabine de peinture, d’une chaine de montage, d’un atelier prototype et utilise beaucoup de produits chimiques. L’entreprise emploie 162 salariés.

    —Présentation par Madame CONTAT de l’action pluridisciplinaire

    Nous avons sollicité le Docteur KLEINE, médecin du travail, pour débuter une étude sur la pénibilité. Partant du postulat qu’aucun des sujets traités dans le cadre de la pénibilité (manutention, agents chimiques dangereux, postures pénibles, vibrations…) n’avaient jamais vraiment fait l’objet d’étude au sein de MECALAC, nous avions tout à construire. Un groupe de travail a été créé en juin 2012 et un calendrier de travail établi. Le groupe de travail a commencé par définir les seuils de pénibilité. Une fois ces seuils définis, nous nous sommes très vite heurtés au problème de leur mesure.

    La médecine du travail avec son équipe pluridisciplinaire nous a vraiment beaucoup aidés dans cette démarche en mettant à notre disposition toutes ses compétences : toxicologue, technicien hygiène et sécurité, ergonome, infirmière en santé au travail. L’intervention de personnes extérieures à l’entreprise a été profitable à tous, les salariés en ont retiré un bénéfice supplémentaire. Cette équipe pluridisciplinaire coordonnée par le Dr. KLEINE est intervenue à différents stades dans l’entreprise :

    • Nous avons d’abord eu l’intervention de Christophe DUBOIS, intervenant en prévention des risques professionnels (IPRP) en hygiène, sécurité et environnement, qui a réalisé l’évaluation du risque bruit et du risque vibrations.
    • Isabelle CUVELIER, ergonome (IPRP), a engagé une étude ergonomique dans un des secteurs de l’entreprise. Celle-ci va se poursuivre par la mise en place d’une démarche de prévention des TMS.
    • Des actions de sensibilisation au bruit et au port des équipements de protection individuelle (EPI) ont été réalisées par Chantal ONDET, infirmière en santé au travail, auprès du personnel.
    • Amaury BECUE, toxicologue, a apporté ses compétences sur l’évaluation du risque chimique et sur notre problématique de gaz d’échappement.

    —Présentation par Monsieur LE BOURHIS de la démarche de maitrise du risque chimique

    Alain LE BOURHIS revient plus en détail sur la démarche de maitrise du risque chimique. Cette démarche a permis de revoir les procédures d’introduction des produits chimiques dans l’usine.

    Inventaire, prélèvement, évaluation des produits chimiques

    Dans un premier temps le toxicologue d’Annecy Santé au Travail nous a expliqué la démarche d’inventaire des produits chimiques. C’est une action longue et méticuleuse car il faut aller dans toutes les armoires, dans tous les recoins pour rechercher tous les produits que nous utilisons. Une fois cette liste établie il faut rechercher pour chaque produit les Fiches de Données de Sécurité. Les FDS sont obtenues soit par les fournisseurs soit par les sites internet notamment un site spécialisé de distribution réglementaire des FDS aux clients.

    Cet inventaire est ensuite recensé sur le logiciel CLARICE élaboré sur Excel. Le recueil de ces informations (nom du produit, utilisation, quantités de produits…) permet avec le logiciel CLARICE d’obtenir une hiérarchisation des produits chimiques en fonction des dangers. Plus un produit est utilisé plus le produit va monter en hiérarchie au niveau des priorités. Le résultat de cette évaluation nous a fait prendre conscience que nous utilisions trois types de produits cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction (CMR) : un nettoyant de peinture, des peintures spéciales et la présence des gaz d’échappement car nos machines circulent dans l’usine, les gaz d’échappement sont maintenant considérés comme cancérogènes.

    Suppression des aérosols, introduction de produits substitutifs, sensibilisation des salariés de différents services, prévention collective et individuelle.

    Pour ces 3 familles de produits CMR nous avons mis en place des actions. C’est ainsi que le produit nettoyant a été remplacé. Une évaluation des peintures non CMR est en cours afin de supprimer les peintures CMR. Nous avons fait avec Amaury BECUE des mesures de concentration de gaz d’échappement dans l’usine. Pour cela nous avons équipé un certain nombre d’opérateurs de systèmes de captation des fumées et poussières. Nous nous sommes rendu compte que nous étions en-deçà du niveau de limite.

    Nous avons mis en place une procédure d’introduction des produits chimiques dans l’entreprise et nous avons mené auprès de notre personnel des actions de sensibilisation conçues et réalisées par Amaury BECUE. Nous avons sensibilisé environ 80 personnes dans l’usine, soit la moitié du personnel concerné par ces risques.

    Dans un premier temps nous avons sensibilisé les différents « acheteurs » des services « achats », « méthodes » et de la « production », afin qu’ils suivent et respectent la procédure d’introduction des produits chimiques et évitent de réintroduire des produits qui seraient hors de notre maitrise. Cette sensibilisation des acheteurs a concerné environ une dizaine de personnes.

    Une seconde étape a consisté à sensibiliser les peintres qui sont les plus exposés aux produits CMR. Pour cette sensibilisation, Amaury BECUE est venu avec une infirmière en santé au travail leur présenter les consignes liées à l’hygiène des mains, les principes de précautions élémentaires et des crèmes de protection des mains, que nous évaluons actuellement.

    Puis une cinquantaine de monteurs sur chaine de montage, utilisant des produits de peinture de type vernis, ont été sensibilisés aux risques qu’ils peuvent avoir.

    Par ailleurs, le service production et le CHSCT ont décidé de supprimer une grande partie des produits aérosols, plus dangereux que les produits liquides.

    Nous allons aussi travailler sur des systèmes d’aspiration des postes de travail pour éviter la diffusion de solvants dans l’usine et revoir les spécifications des équipements de protection individuelle utilisés en peinture afin de les adapter parfaitement.

    Suite à ces travaux nous avons également en projet de faire des actions sur un atelier de soudure.

    —Conclusion et remerciements Mme CONTAT

    Nous avons fait un gros travail tout en partant « de pas grand-chose », ce travail n’est pas encore terminé. Nous remercions vivement le médecin du travail mais aussi l’équipe pluridisciplinaire qui s’est investie chez MECALAC à nos côtés, sans esprit partisan, avec beaucoup de professionnalisme, de pragmatisme et d’objectivité. Lorsqu’on introduit la médecine du travail avec toutes ses équipes, on prend peur parce qu’on se dit « qu’est-ce qu’ils vont nous imaginer », « comment les gens vont réagir », « qu’est-ce qu’ils vont trouver » ? Je vous conseille de recourir à leurs services pour l’aide qu’ils apportent, avec beaucoup de professionnalisme, de disponibilité et de compétences sans dramatiser les choses. Un grand merci à eux.

    CMR : cancérogène, mutagène et toxique pour la reproductionEPI : équipements de protection individuelleFDS : fiches de données de sécuritéIPRP : intervenant en prévention des risques professionnelsTMS : troubles musculo-squelettiques

    Retour


Dernière mise à jour de cette page : mercredi 24 juillet 2019

Nous poser une question

Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
×